Déjouant les pronostics d'un scrutin serré, les Tories de David Cameron ont aisément remporté les élections générales britanniques pour gouverner avec une majorité absolue de 331 sièges sur 650 - débarrassée des Lib-Dems - jusqu'en 2020. Pour le Labour de Ed Miliband c'est une sévère défaite (228 sièges) qui a été amplifiée par un tsunami nationaliste en Écosse (59 sièges, 56 victoires). Fort en voix, le UKIP est lui reste inexistant à la Chambre des communes avec un seul député. Ici et là, les britanniques ont pourtant voté à l'inverse de ces tendances nationales...