Début juillet, la mort d'un jeune homme par un tir de policier avait déclenché plusieurs jours d'émeutes dans des quartiers populaires de Nantes. Cabinets médicaux, centres sociaux : trois mois après, les bâtiments endommagés n'ont toujours pas été réparés. Les habitants doivent s'adapter.

Lire la suite...