Derrière le sourire enfantin de René Martin, se cache un « anxieux maladif », selon ses proches. Comment faire cohabiter sur quelques jours des dizaines de milliers de spectateurs – 135 000 en 2018 – et les plus grands noms du classique ? Voilà l’équation à résoudre pour ce fils de petits commerçants, chaque hiver, depuis 1995. Son idée simple mais révolutionnaire : des concerts en série de 45 minutes à prix modiques pour « désacraliser la musique classique qu'on enferme dans un cadre très strict. Elle est réservée à une certaine élite, à ceux qui la connaisse, ceux qui la pratique. Mais au fond rien de cela est vrai. » Des photos pour en juger.