Thibault Dumas | Blog d'un journaliste à Nantes et ailleurs

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Tag - Européennes

Fil des billets - Fil des commentaires

24 mai 2019

Les petits secrets du lobbying européen des collectivités nantaises

Chaque année, près de 900 millions d’euros d’aides et de subventions européennes tombent sur Nantes et les Pays de la Loire. Une manne que chaque collectivité tente de tirer à elle. Avec des méthodes et un succès variables. Qui croque le mieux l'argent de l'Europe ? Revue de détail.

Lire la suite...

18 mai 2014

Élections européennes : les Nantais indifférents

Traditionnellement civiques quand il s'agit d'Europe, les Nantais pourraient battre un record d'abstention lors des élections européennes qui se tiennent dimanche prochain. Et ce, malgré des meetings en nombre et la mobilisation de la société civile.


Lire la suite...

13 mars 2014

Quentin Dickinson ou quand le journaliste devient "navetteur"

C'est sous la plume de Ludovic Lamant et par le biais d'une brève que Mediapart révèle, jeudi 6 mars, que Quentin Dickinson est numéro deux de la liste UDI-Modem dans le Grand Est pour les élections européennes du 25 mai 2014. Le journaliste franco-britannique, directeur des affaires européennes à Radio France depuis 2001, s'en justifie auprès du site d'information en ligne : « (…) vu la tournure que prennent les choses, je n'aurais pas pu me regarder dans la glace si je n'y allais pas cette fois-ci ».

Lire la suite...

22 décembre 2013

Troïka, la naissance des "hommes en noir"

Des hommes en toges aux hommes en noir. L'histoire politique européenne a été marquée pendant 19 siècles par le terme de "triumvirat". Trium pour "trois", virum pour "homme", c'est-à-dire l'association de trois magistrats qui émerge au crépuscule de la République romaine, entre -60 et -27 avant JC. Le mot connaîtra différents emprunts, dans nombre de pays du Vieux Continent, jusqu'au matin du XXe siècle.

Lire la suite...

19 novembre 2013

Européennes et élection du président de la Commission, un lien loin d'être évident

Ça doit être la grande innovation politique du Traité de Lisbonne entré en vigueur en 2009. L'élection du président de la Commission européenne en résonance avec les résultats des élections européennes, à compter de mai 2014. "Doit", car la démocratisation du choix de l’exécutif continental est loin d'être évidente

Lire la suite...

10 septembre 2013

L'ICE, un pouvoir restreint pour les citoyens européens

ICE, trois lettres pour désigner l'Initiative citoyenne européenne. Mais qu'est-ce qui se cache derrière cet acronyme ? Au départ, une volonté, celle des instigateurs du Traité de Lisbonne (2007) d'instaurer une dose de démocratie participative dans une Union européenne en difficulté avec la démocratie directe. Les élections européennes existent depuis 1979, mais 30 ans plus tard, en 2009 le taux de participation n'est que de 43%. L'Initiative citoyenne européenne est finalement entrée en vigueur le 1er avril 2012, après quasiment cinq années de tergiversations politique et législative. 

Lire la suite...

16 juillet 2013

Aux origines du Parlement européen

Au départ, en 1951, il n'y avait que le charbon et l’acier, c'est-à-dire une coopération européenne de six pays : la République fédérale d'Allemagne (RFA), la France, l'Italie, la Belgique, le Luxembourg et les Pays-Bas. Mais pas d’élections et donc pas de démocratie directe. Ce n’est qu’en 1962 qu’est créé le Parlement européen, assemblée parlementaire comptant 142 membres émanents de la Communauté économique européenne (CEE), de l’Euratom et de la Communauté européenne du charbon et de l'acier (CECA).

Lire la suite...

12 mai 2013

UKIP : et le fruitcake devint pudding

C'était un fruitcake sans saveur, c'est désormais un pudding indigeste. La percée du UK Independance Party (UKIP) lors des élections locales du 3 mai en Angleterre et au Pays de Galles, incommode les trois principaux partis britanniques : conservateur, libéral-démocrate et travailliste. Les deux premiers cités, en coalition au gouvernement, sont les victimes directes de cette poussée de fièvre mauve : 335 élus locaux en moins pour les Tories, 124 de perdus pour les Lib-dems. Le gain de 291 sièges signé Labour est éclipsé par l'élection de 139 nouveaux councillors UKIP (26% des voix). Le parti n'en avait que huit jusqu'alors, et rêve désormais de Bruxelles.

Lire la suite...