À Guingamp et Nantes, l'actionnariat populaire — rachat d'une partie d'un club de foot par des supporters — pointe le bout de son nez. Vrai projet de démocratisation ou jolie opération de com' ?

Lire la suite...