Fin septembre, nous décrivions les inquiétudes que suscitait Centrale Nantes sur les plans de la gestion financière et des ressources humaines, ainsi que le management décrit comme «brutal» et «clanique» de son directeur, Arnaud Poitou. Trois mois plus tard, des élections internes révèlent l’émergence d’une large opposition chez les personnels et les étudiants.

Lire la suite...